Le CHAHUT a parfois proposé des poèmes qui avaient été appréciés de nos lecteurs; ne souhaitant pas qu'ils sombrent dans l'oubli, vous pouvez les retrouver dans cette nouvelle rubrique. C'est dire aussi l'importance que nous accordons à l'expression et aux mots, bref à la culture! Bonne lecture!

Un ami m'a fait remarquer l'’obsession maladive de l’actuelle ministre Najat Vallaud-Belkacem pour la Marseillaise, objet de toutes ses sollicitudes, au point de faire de l’année 2016 une « année de la Marseillaise ».

Vous trouverez ci-dessous le lien internet et  les paroles de " La Marseillaise de la Paix", chantée dès 1892 par les orphelins de l’orphelinat de Cempuis, alors dirigée par le  pédagogue libertaire Paul Robin (1837-1912). La chanson est reprise dans l’Almanach de la paix en 1892, date à laquelle elle fut retravaillée et interprétée par les élèves du pédagogue anarchiste.

Cette Marseillaise serait inspirée de celle écrite par Joseph Martin-Paschoud, pasteur pacifiste qui l’aurait écrite en 1882. Paul Robin, ancien membre de la 1ère Internationale, l’aurait découverte en 1893 publiée par une association pacifiste de Nîmes. (Source Florilège de la Chanson révolutionnaire R. Brécy)

http://chansonplus.free.fr/paroles/paroles_text.php?id=74

Vous pouvez aussi l’écouter : http://www.parodyland.net/parodie-CPB021.htm

A noter la page numéro 11 du mensuel de septembre 2016 de l’UNION PACIFISTE où vous pourrez trouver les photos des jeunes de l’orphelinat de Cempuis et de Paul Robin

Salut et Fraternité,

Francis

 

 

 

Marseillaise de la paix

De l'universelle patrie
Puisse venir le jour rêvé
De la paix, de la paix chérie
Le rameau sauveur est levé (bis)
On entendra vers les frontières
Les peuples se tendant les bras
Crier : il n'est plus de soldats !
Soyons unis, nous sommes frères.

Refrain :
Plus d'armes, citoyens !
Rompez vos bataillons !
Chantez, chantons,
Et que la paix
Féconde nos sillons !



Quoi ! d'éternelles représailles
Tiendraient en suspens notre sort !
Quoi, toujours d'horribles batailles
Le pillage, le feu, et la mort (bis)
C'est trop de siècles de souffrances
De haine et de sang répandu !
Humains, quand nous l'aurons voulu
Sonnera notre délivrance !

Refrain

Plus de fusils, plus de cartouches,
Engins maudits et destructeurs !
Plus de cris, plus de chants farouches
Outrageants et provocateurs (bis)
Pour les penseurs, quelle victoire !
De montrer à l'humanité,
De la guerre l'atrocité
Sous l'éclat d'une fausse gloire.

Refrain

Debout, pacifiques cohortes !
Hommes des champs et des cités !
Avec transport ouvrez vos portes
Aux trésors, fruits des libertés (bis)
Que le fer déchire la terre
Et pour ce combat tout d'amour,
En nobles outils de labour
Reforgeons les armes de guerre.

Refrain

En traits de feu par vous lancée
Artistes, poètes, savants
répandez partout la pensée,
L'avenir vous voit triomphants (bis)
Allez, brisez le vieux servage,
Inspirez-nous l'effort vainqueur
Pour la conquête du bonheur
Ce sont les lauriers de notre âge.