Le CHAHUT a parfois proposé des poèmes qui avaient été appréciés de nos lecteurs; ne souhaitant pas qu'ils sombrent dans l'oubli, vous pouvez les retrouver dans cette nouvelle rubrique. C'est dire aussi l'importance que nous accordons à l'expression et aux mots, bref à la culture! Bonne lecture!

Il a rangé  ses outils

Evidemment sans rien savoir

Que c’était là le dernier soir 

Avant que tout ne soit fini

Et chaque outil bien à sa place

Pour bien écrir’ la dernièr’ page

De sa vie, de son jardinage…

Sans presqu’ laisser une trace

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Mais que vont devenir tes arbres

Dans ton p’tit coin de Picardie ?

Puisque te voilà assoupi

Sous la lourde plaque de marbre

Je voudrais tant qu’un jardinier,

S’en vienne prendre ta relève

Je l’imagine dans mes rêves,

Qui remplit de fruits tes paniers

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Une histoire à dormir debout

Rigol’rais-tu, toi le athée

Pourquoi la mort s’est-elle hâtée

A t’emporter au fond du trou ?

Toi qui as tant aimé la vie

Nous qui avions tant de projets

C'est déjà le bout du trajet

Et de pleurer j’ai tant envie

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

T’as pas beaucoup pensé à toi

Et si la vie a cogné dur

Tu rêvais quand mêm’ d’un futur

Empli de bonheur et de joie

Et pas seulement pour ta pomme

Mais pour l’humanité entière

Tu étais révolutionnaire

Un vraiment pur, un vrai en somme

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

On va continuer le boulot

Mêm' si les cœurs sont bien trop lourds

Crier nos idées à rebours

Imprimer nos petits journaux

Et si personn’ prend la relève

On gardera la tête haute

Ce sera pas de notre faute

On sera si fiers de nos rêves

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Tu es parti, c’est le destin

Et même peut être une chance

T’as pas connu la déchéance

Qu’au fond chacun de nous craint

L’appel de Josée fut plus fort

Et tu es parti la rejoindre

Je sens déjà le matin poindre

Après une nuit de remords

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

J’aurais tant aimé  dir’ tout ça

Quand tu étais encor’ vivant

Et oser mêm’, comme un enfant,

Te serrer très fort dans mes bras

Tu as rangé tes outils

Evidemment sans rien savoir

Que c’était là le dernier soir 

Avant que tout ne soit fini

 

Jean- Michel BAVARD