Le naturel a fait craquer l'armure: Fillon est un vrai type de gauche! Il n'a cessé de militer pour des salaires décents, une réduction massive du temps de travail, voire le droit au travail fictif pour tous: Pénélope peut en témoigner! Pour faire de la jeunesse une priorité: ses enfants peuvent en témoigner!

Revenons aux choses sérieuses! Fillon a gagné les primaires de la réaction en s'appuyant sur deux piliers: l'exemplarité et l'urgence d'économiser drastiquement l'argent public! Il n'est donc qu'un menteur, un manipulateur et un voleur! Il faut dire qu'il a dû beaucoup apprendre à l'école de Sarkozy.

 Deux faits viennent illustrer la dérive du Parti Socialiste qui n'en finit pas de sombrer. 

En pleine campagne des primaires, ses dirigeants ont annoncé une pause le temps des fêtes de fin d'année, c'eut été, selon  eux, indécent de déranger les citoyens avec des histoires de politique! Hallucinant! Au moment même où il faut lutter plus que jamais contre les excès de la consommation à tout crins, le PS nous dénie notre qualité de citoyens pour nous réduire à celle de CONS sommateurs qui seraient dérangés par les idées, les débats et les luttes!

 A quelques jours de la nouvelle année, Le CHAHUT, en exclusivité, a pu se procurer les bonnes résolutions de hauts personnages.
• François Hollande n'ayant plus de plan de carrière a décidé d'être enfin un homme de gauche. 

 Les primaires de la droite ont replacé sur le devant de la scène une droite clairement ultra-libérale, identitaire, autoritaire et cléricale. François FILLON a su ainsi agglomérer autour de ces quatre thèmes les milieux aisés, plutôt âgés et provinciaux.  

• Ultra-libéral, il ne craint pas d'encenser, avec quelques décennies de retard, Margaret Thatcher qui aurait "... sauvé son pays..." : retraite à 65 ans, quasi plus de limitation du temps de travail, privatisation de la Sécu, suppression d'un demi-million de fonctionnaires... Et des contre- réformes fiscales tout au service des plus riches: augmentation de la TVA de 2 points (le plus injuste des impôts), suppression de l'ISF (1), "allégement" de 40 milliards d'euros des charges patronales... Excusez du peu! 

Nous aurons bien- sûr l'occasion de revenir sur l'élection à la Maison  blanche de Donald Trump mais d'ores et déjà nous vous offrons quelques considérations à chaud.

Cette victoire représente tout d'abord un incroyable désaveu pour les sondeurs, analystes, chroniqueurs et autres spécialistes: tous, une fois encore, sont passés au travers et n'ont cessé de nous expliquer que l'élection de Trump n'était pas possible. Personne n'a davantage mesuré à sa juste ampleur le discrédit qui frappe les politiques et les grands médias! Trump a gagné seul, contre tous, en grande partie même contre son propre parti. Quant aux journaux, ils avaient tous appelé à ne pas voter pour lui  mais rien n'y fit!