Je n'aurai pas la prétention de donner une consigne de vote, ni de me placer sur le terrain moral en culpabilisant les uns ou les autres. Mais souhaite simplement dire quelle sera mon attitude dans "le secret de l'isoloir"Dire aussi ma colère et mon incompréhension.

Précisons en préalable combien est lourde la responsabilité historique prise par les partis qui ont successivement mené ces politiques ouvrant des boulevards au F.N. en précarisant et en désespérant une grande partie du peuple. Mais aussi en validant la plupart de ses thèmes: souvenons-nous du ministère de l'immigration et de l'identité nationale, de la déchéance de nationalité, de la chasse aux Sans Papiers, etc...
Et il est vrai que les grandes leçons d'anti-fascisme de ces (ir)responsables sont particulièrement insupportables, indignes et, je le crains fort, contre- productives.
Qu'évidemment aussi je lutterai sans relâche contre le programme défendu par M. Macron. 

Le verdict du premier tour est tombé et on est mal, c'est le moindre que l'on puisse dire!

Les idées de gauche authentiques sont éliminées et l'on peut ainsi mesurer les conséquences graves des refus de l'unité. Ceci dit, même si le score de la France insoumise est porteur d'espoir: Mélenchon arrive par exemple en tête dans des villes comme Lille, Marseille, Toulouse ... en Seine St Denis... chez les jeunes 18/ 30 ans... (1)
Restent "le choix" entre

Certes, nous ne croyons pas en l'homme providentiel et rien ne pourra changer sans nos luttes collectives et déterminées; 

certes, nous ne pouvons que nous méfier des promesses électorales si vite oubliées, trahies... dès le lendemain des élections; 
certes Mélenchon n'est pas un perdreau de l'année et son programme présente, à nos yeux, bien des limites fondamentales. Ainsi on ne pourra faire l'économie de la rupture avec le capitalisme sous prétexte d'une révision des traités européens... 

Dans son numéro 161 daté de mai/ juin 2016, Le CHAHUT publiait un entretien avec une Camarade ayant longtemps vécu et lutté en Guadeloupe. (1) Son constat était sans ambiguïté, la situation de ce territoire relève du néo- colonialisme. La même affirmation peut être proclamée au sujet de la Guyane. On n'y retrouve en effet tous les ingrédients structurels du colonialisme:

 Un grand mythe est à rejeter une fois pour toute: non, en système capitaliste, une entreprise ne saurait être citoyenne, porteuse d'éthique, ni même avoir vocation à créer des emplois! Son but est de générer toujours plus de profits en faveur de ses actionnaires! Et cela d'autant plus que ce même capitalisme s'est considérablement financiarisé ces dernières décennies.