Ils vivent entre eux, cultivant l'entre soi, ils habitent dans les mêmes quartiers, fréquentent les mêmes lieux de loisirs, les mêmes lieux de vacances, leurs enfants n'étudient qu'à l'école privée. Ils usent de cette mobilité que préconise Macron. Ils sont informés, au courant de toutes les astuces et assez riches pour s'offrir les meilleurs avocats fiscalistes. Ils sont dirigeants d'entreprises, plus souvent encore actionnaires, ils sont pleins aux as mais jamais assez cependant. Ainsi cette semaine passée a été marqué par les affaires dévoilées dans les Paradise Papers: à vomir!... Même les poches pleines, leur égoïsme leur fait chercher tous les moyens pour échapper à l'impôt, à la solidarité donc. Et que l'on ne nous raconte pas que ce serait "... l'enfer fiscal qui tuerait l'impôt..." puisque l'impôt évité est souvent la TVA, soit la taxe que tout le monde paye et proportionnellement les pauvres plus que tous les autres.

 

Quant à ces grandes entreprises, ces affaires nous rappellent qu'elles ne sont nullement citoyennes, qu'elles ne sont pas là pour créer de l'emploi... mais seulement pour verser le plus de dividendes à leurs actionnaires! Comment s'étonner dès lors qu'elles cherchent ainsi et par tous les moyens à gonfler leurs profits ?
On peut et on doit s'étonner par contre de l'inefficacité, de la complicité en fait, des politiques: plus les scandales se dévoilent et plus ils durent et se reproduisent avec tout juste quelques ajustements. Avec Macron, les riches seront mêmes récompensés puisque les cadeaux fiscaux qui vont leur être accordés se comptent en milliards!
Ils vivent les mêmes quartiers, disions- nous; des quartiers ou communes qui, nous révèle une autre enquête de la Commission de la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbains), continuent à bafouer la loi. 233 de ces communes continuent délibérément à choisir de payer des amendes dérisoires plutôt que de respecter leurs obligations en matière de construction de HLM. Un seul mot d'ordre: "Pas de pauvres chez nous!" Les préfets ont pourtant des armes pour faire respecter la loi, aggraver les sanctions, se subsitituer aux maires pour la délivrance des permis de construire..., mais préfèrent le plus souvent fermer les yeux.
Bref, des territoires perdus pour la République, des territoires à reconquérir!

Beauvais, le 16 novembre 2017