Un chanteur réclamait il y a querlques années déjà le droit de pouvoir déjeuner en paix. Bien difficile en vérité! Ainsi, dès que j'ai ouvert mes journaux ces jours derniers, ce fut pour apprendre que l'nterdiction du glyphosate était à nouveau repoussée et que rien n'était encore acquis, loin s'en faut tant le lobbying des industries agro- chimiques est puissant... Mais pire, quand l'un risque de perdurer bien des années encore, un autre arrive sur le marché. Ainsi le sulfoxaflor, nouveau tueur d'abeilles, vient d'être autorisé par l'Anses (Agence Nationale de sécurité alimentaire).

 

Pourtant, quelques jours plus tôt, j'avais appris qu'en trois décennies 80 % des insectes avaient été exterminés! Il y a deux jours, les Nations Unies sonnaient l'alerte sur les efforts très insuffisants des Etats pour contenir la hausse de la température planétaire. Après 2030, il sera trop tard. Bref, la bataille des 2 ° C est d'ores et déjà presque perdue et l'on n'est pas vraiment surpris!

Pourtant Nicolas HULOT déclare au journal le Monde: “Je me donne un an pour savoir si je suis utile...” Au moins une bonne nouvelle pour la bio- diversité: les couleuvres ne semblent pas en voie d'extinction!

Quant à nous, nous pouvons chuchoter à l'oreille du dit ministre: “Le capitalisme est prédateur, Macron ultra- libéral... Et il te faut encore un an pour piger de telles évidences ?”

Beauvais, le 03 novembre 2017