Je n'aurai pas la prétention de donner une consigne de vote, ni de me placer sur le terrain moral en culpabilisant les uns ou les autres. Mais souhaite simplement dire quelle sera mon attitude dans "le secret de l'isoloir"Dire aussi ma colère et mon incompréhension.

Précisons en préalable combien est lourde la responsabilité historique prise par les partis qui ont successivement mené ces politiques ouvrant des boulevards au F.N. en précarisant et en désespérant une grande partie du peuple. Mais aussi en validant la plupart de ses thèmes: souvenons-nous du ministère de l'immigration et de l'identité nationale, de la déchéance de nationalité, de la chasse aux Sans Papiers, etc...
Et il est vrai que les grandes leçons d'anti-fascisme de ces (ir)responsables sont particulièrement insupportables, indignes et, je le crains fort, contre- productives.
Qu'évidemment aussi je lutterai sans relâche contre le programme défendu par M. Macron. 

Accentuation des dérives monarchiques de le 5ème République et libéralisme prédateur en sont les deux piliers. Aussi peut- on craindre qu'il soit le meilleur des agents électoraux pour que Mme Le Pen soit élue en 2022, si elle ne l'est pas ce dimanche.
Jamais, au cours de ma déjà longue vie militante, je n'aurai consenti aucune concession sur ces points d'analyse.
Mais ceci dit, qui pourrait avoir la moindre hésitation à définir le Front National ? Qui pourrait faire preuve de naïveté ou oser de petits calculs face au ripolinage entrepris par sa nouvelle direction ? 
Oui, le F. Haine demeure un parti d'extrême- droite, affairiste et corrompu, xénophobe et nationaliste, qui remettrait en cause l'ensemble de nos droits fondamentaux aussi bien citoyens que sociaux et s'acharnerait sur les plus démuniEs. Il est l'ennemi des salariéEs, des femmes (et que dire des femmes migrantes ?...), des étrangerEs ou d'origine étrangère, des jeunes... Son accession au pouvoir représenterait un feu vert donné à tous ceux-là qui souhaitent donner libre cours à leurs frustrations, parfois, souvent ?, racistes. 
Les résultats du FN dénotent une progression avec un nouveau record de voix; un ancrage dans de nombreuses régions devenues des bastions, dont la nôtre, la Picardie, mais aussi chez les ouvriers et les salariés et c'est ce point particulier qui nous est plus insupportable encore!
Aussi suis- je de plus en plus inquiet sur le verdict de ce second tour! Il suffit pour s'en convaincre, ou plus justement pour cesser de fanfaronner ou de calculer, de constater la quasi- inexistence de mobilisation ayant suivi la qualification pour le 2d tour de Mme Le Pen; aussi d'avoir discuté avec les uns et les autres dans les maigres cortèges réunis à l'occasion du 1er mai.

"Le physicien Serge Galam prend l'hypothèse dans laquelle les intentions de vote sont proches de celles annoncées par les sondages, avec 42% pour Marine Le Pen et 58% pour Emmanuel Macron. Dans ce cas, si 90% des électeurs du FN se déplacent le jour du vote, mais seulement 65% de ceux d'En Marche!, alors Marine Le Pen l'emporte à la fin avec 50,07%. Pour Macron, le seuil de mobilisation pour atteindre les 50% est alors de 65,17%.

L'hypothèse d'une si faible mobilisation des électeurs d'En Marche! peut paraître improbable, mais le physicien démontre que plus les intentions de vote en faveur de Le Pen sont fortes, plus l'abstention différenciée joue en sa faveur. Ainsi, toujours dans l'hypothèse où 90% de l'électorat de Marine Le Pen vote, le seuil de mobilisation nécessaire pour qu'Emmanuel Macron franchisse les 50% n'est plus de 65,17% mais de 70,71% quand les intentions de vote sont de 44% pour Marine Le Pen et non plus de 42%. Pour 2 points d'intentions de vote de plus en sa faveur, le seuil de mobilisation nécessaire pour lui augmente de 5 points."  (cnewsmatin)
Je ne sais s'il s'agit là de s'amuser à se faire peur mais je ne veux pas, pour ma part, prendre ce risque et me réveiller groggy ce dimanche soir.
Certes, voter Macron me sera douloureux, il représente tout ce contre quoi je n'ai cessé de lutter. Mais au bout du compte, je préfère lutter contre sa politique dans un cadre démocratique, fût-il de plus en plus dénaturé et sclérosé, que de me retrouver dans une société autoritaire et fascisante, susceptible de basculer vers le pire.

Les différences sont d'ores et déjà notables dans les municipalités conquises par le F.N. où les libertés de réunion, d'expression, d'association... sont immédiatement grignotées.

Je garde à l'esprit, moi aussi, cette phrase de Maurice Kriegel: "Quand on vous dit : vous êtes un pays libre, ça ne veut pas dire grand chose. Mais quand il n’est plus libre, ça veut dire quelque chose, c’est terrible, terrible. Tout est terrible !"

Mais plus grave encore: un tel basculement reviendrait à livrer à quelques hordes fascistes, encadrées par les extrémistes du GUD qui occupent des postes clés dans l'appareil du FN, les plus démuniEs. Une dérive qui ne pourrait que s'accentuer au fil des échecs et des désillusions que ne pourrait qu'engendrer le pouvoir du clan Le Pen: désigner des boucs- émissaires demeure toujours le dernier recours de ces régimes autoritaires. L'acharnement des nazis à l'encontre des juifs, des minorités... n'a cessé de s'intensifier au fur et à mesure que les rêves du Reich s'effondraient.

Et qui peut s'illusionner aussi, dans l'état actuel des rapports de forces, sur nos capacités militantes à défendre, à protéger... celles et ceux qui subiront de plein fouet ces agressions ?
Une Camarade nous fait ainsi remarquer que (sa) fille, 3/4 vietnamienne, 1/4 française, n'arrête pas de me dire que l'abstention ou le vote blanc sont des réactions de blancs qui ne risquent rien."

J'ai été très touché par le témoignage de Christopher qui "... (a) grandi dans une société et une famille qui passaient sous silence leur implication dans la machinerie nazie..."
Il insiste sur "Ce qui (lui) semble beaucoup plus grave, c'est la dimension populaire (qui est restée, sous Vichy, beaucoup plus discrète qu'en Allemagne nazie) : la foule haineuse, défoulée, meurtrière...
 ... Le fascisme est en effet ce surprenant régime politique qui réussit à mobiliser les gens jusqu'à leur propre mort contre leurs intérêts matériels !"

Qu'il est facile alors de se draper dans une sorte de pureté bien dérisoire: si nous entrons sur ce terrain, il faut dire qu'aller voter c'est déjà en soi une profonde compromission puisque, notre système démocratique étant ce qu'il est, cela revient à déléguer sans contrôle sa citoyenneté, ou pire choisir nos maîtres, ou a minima les complices de nos maîtres. Nos Camarades anarchistes qui ne s'inscrivent pas même sur les listes électorales ont dès lors le mérite de la cohérence.

Pour ma part, je n'aurai jamais voté que pour tenter d'échapper au pire, même en 1981 étant bien au fait du passé, un passif, de Mitterrand.
Dès lors, l'aspect tactique du vote est la part essentielle, bien avant l'adhésion il va de soi!

Ces élections ont laissé entrevoir un début de reconquête, bien fragile mais réel cependant: La France insoumise en tête dans de grandes villes comme Lille, Marseille, Toulouse, Montpellier... dans le 93, chez les jeunes 18/ 25 ans... Et même dans notre département de l'Oise si sinistré à Creil, Nogent, Montataire...dans les quartiers populaires de Compiègne comme au Clos des Roses! 
La question essentielle est bien là: qu'allons-nous faire de cette étincelle qui semblait inespérée il y a peu encore ? Une fois le danger fasciste écarté, une fois de plus mais chaque fois plus difficilement, là se trouve notre devoir primordial et il y a tant à faire.

Aussi, pour ma part, douloureusement, avec non pas une mais plusieurs pinces à linge, mais je pense aussi modestement avec courage, je voterai Macron ce dimanche! Avec le seul objectif d'écarter à coup sûr le danger fasciste. Comme un simple devoir de précaution. Pour celles et ceux qui en auraient le plus à en souffrir! Parce qu'encore là ne sera ni le moment, ni le lieu de régler des comptes avec les Hollande/ Valls et consorts... quelles que soient leurs responsabilités écrasantes. Tout le reste, l'essentiel, le  fondamental se construira dans nos résistances, nos mobilisations et nos luttes quotidiennes.

JM B

PS / Le débat télévisé n'a fait que démontrer la violence et la haine que distille le clan Le Pen

ATTENTION: Une fois n'est pas coutume, cette position ne reflète pas celle de tous les militants du CHAHUT. Pour preuve, le dessin de Pierre ouvrant ce site: Injonction!

Beauvais, le 05  mai  2017