Imprimer

 Les primaires de la droite ont replacé sur le devant de la scène une droite clairement ultra-libérale, identitaire, autoritaire et cléricale. François FILLON a su ainsi agglomérer autour de ces quatre thèmes les milieux aisés, plutôt âgés et provinciaux.  

• Ultra-libéral, il ne craint pas d'encenser, avec quelques décennies de retard, Margaret Thatcher qui aurait "... sauvé son pays..." : retraite à 65 ans, quasi plus de limitation du temps de travail, privatisation de la Sécu, suppression d'un demi-million de fonctionnaires... Et des contre- réformes fiscales tout au service des plus riches: augmentation de la TVA de 2 points (le plus injuste des impôts), suppression de l'ISF (1), "allégement" de 40 milliards d'euros des charges patronales... Excusez du peu! 


• Identitaire et, comme chaque fois, les étrangers sont en ligne de mire, davantage encore s'ils sont musulmans ("Il existe un problème lié à l'islam"). Point le plus éloquent: une réécriture de l'histoire (2) transformée en un "récit national" !
• Autoritaire et s'il souhaite un Etat impuissant dans tous les domaines déterminant l'égalité sociale, il le veut militarisé et implacable, pour les pauvres..., dans les domaines dits régaliens.
 Clérical enfin et il suffisait pour s'en convaincre de le voir fêter sa victoire entouré des militants de la manif pour tous, de Sens commun, Frigide Barjot en première ligne! Ses déclarations ne faisaient pas plus de doute. Il n'a cessé de revendiquer sa foi, sa proximité de pensée avec le pape François, sa volonté de "défendre la liberté pour les parents de choisir l'école de leurs enfants" (3), finissant, euphorique, par se lâcher en claironnant son opposition à l'avortement!  
Pour ceux qui n'arrivaient pas à dire "Les républicains" et on les comprend, la solution est toute trouvée: LR = Les réactionnaires !
Dès lors, ne nous laissons pas emporter par "cette vague" qui n'a rien d'irrésistible; un vrai travail militant de classe devrait permettre de dissuader tout retraité, tout salarié, tout chômeur et précaire... de soutenir un tel programme,véritable machine de guerre à leur encontre!
Soyons optimistes donc! Comme le dit Stéphane Guillon, après les primaires, on est passé de 7 à 1, cela fait déjà 6 de moins. Il faut persévérer! Un hic cependant, il y avait déjà M. Le Pen, s'est ajouté E. Macron, peut- être bientôt Mrs Hollande et Valls... on repasse de 1 candidat de droite à 5, d'un coup! Et d'autres rebondissements sont attendus... Un beau problème d'arithmétique pour nos "chères têtes bondes" bientôt en uniforme (selon Fillon)! 
(1) Impôt de Solidarité sur les grandes fortunes
(2) Histoire qui cesserait dès lors d'être une science humaine pour devenir un outil de propagande.
(3) Entendre par là, il va de soi, un favoritisme exacerbé au profit de l'enseignement privé confessionnel, catholique pour l'essentiel!

Beauvais, le 30  novembre  2016