Imprimer

Edito du CHAHUT N° 178 daté de mars/ avril 2019

“Je préfère un dictateur libéral plutôt qu'un gouvernement

démocratique manquant de libéralisme.” Fr. HAYEK (1)

 

Crier au loup ?... 

Avouons- le: peut- être avons- nous crié au loup trop souvent, utilisé avec trop de légèreté les mots “fascisme”, “dictature”, “sans précédent” ?… Et sous- estimé par la même les capacités de résistance des mouvements sociaux et leur attachement aux valeurs démocratiques fondamentales ? Pourtant, ces temps derniers, des “lignes rouges” sont franchies, brutalement, par le gouvernement Macron, sans que la prise de conscience soit à la hauteur. Il est vrai que ce pouvoir peut profiter de l’atonie de ses oppositions: le syndicalisme est incroyablement affaibli, “la gauche” divisée et démunie de cohérence idéologique, les grands médias complices et le contexte international de plus en plus marqué par l’arrivée au pouvoir de personnalités autoritaires, voire fascisantes …

C’est donc avec une solennité particulière que nous rédigeons cet édito pour dénoncer:

La loi anti- casseurs en premier lieu!

 

La réaction virulente de Charles de Courson, député LR, c’est dire pas un gauchiste, est éloquente: ”Avec cette loi, on transfère aux préfets des pouvoirs que détiennent les juges. Nous touchons donc à l'état de droit, et c'est proprement inacceptable ! Nous transformons le préfet en juge, mais ce n'est pas à lui de dire si telle ou telle personne peut ou ne peut pas manifester sur la seule base du soupçon. Ce ne sont pas eux (les préfets) les défenseurs des libertés publiques, mais la justice ! C'est cela l'état de droit. Cette loi est ainsi une attaque fondamentale.

La dernière fois que l'on a transféré les pouvoirs de l'autorité judiciaire à l'autorité administrative, c'était sous Vichy…. On l'a déjà fait pour les manifestations sportives, me rétorque-t-on. Mais pardon, aller à un match de foot n'est en rien une liberté constitutionnelle ! Cela ne tient pas debout. L'état d'urgence permettait déjà ce genre de mesures, mais il avait pour but de lutter contre le terrorisme. Les Gilets jaunes sont-ils des terroristes ? Bien sûr que non. Arrêtons de délirer. On voit bien là le glissement du gouvernement vers l'autoritarisme, et c'est inadmissible et dangereux!”

Voici maintenant que ce gouvernement fait appel à l’armée pour garantir l’ordre public! Où s’arrêtera ce pouvoir si nous le laissons faire ?

L’amalgame entre antisionisme et antisémitisme est de plus en plus systématiquement brandi. Macron envisage même de l’inscrire dans la loi. Dès lors serait introduit dans notre droit un délit d’opinion car, si l’antisémitisme est un délit, que nous avons toujours  combattu comme tous les racismes, l’antisionisme est une opinion. Un insupportable terrorisme intellectuel est d’ailleurs d’ores et déjà en oeuvre pour tenter d’empêcher toute critique de la politique raciste, expansionniste et meurtrière que mène l’Etat d’Israël! A  ce sujet, notre soirée débat avec Dominique VIDAL (le 31 mai) devra être un fort moment de résistance citoyenne. Car demain pourquoi ne pas interdire l’anticapitalisme ?…

Dans sa lettre à l’Europe, Macron prône un nouveau durcissement de la politique anti- migratoire! Cette vision d’une Europe forteresse menace notre propre humanité et l’on ne compte plus ses victimes en Méditerranée, en Lybie, à la frontière franco- italienne… 

Jusque dans nos Ecoles publiques des enfants sont traqués comme ces trois petites filles de l’Ecole Jean Macé de Beauvais menacées de renvoi vers l’Arménie quand elles sont en France depuis 7 années et que la cadette est même née sur notre sol!

Le démantèlement radical des derniers acquis issus des moments clés de la République, du CNR (Conseil National de la Résistance) et des grands mouvements sociaux que furent 1936 et mai 68 se poursuit à marche forcée! Statut de la Fonction Publique, Retraites par répartition, droit du travail, Ecole publique, laïcité (menace contre la loi de 1905, financement accru de l’école privée…) aucun secteur n’échappe à la moulinette néo-libérale! C’est dire combien la riposte des salariés doit être à la hauteur de ces enjeux véritablement de civilisation et qu’il faut rompre avec ces concertations qui sont autant de pièges qu’elles se nomment “grand débat”, concertations autour d'un haut commissaire ou réunions techniques dans les ministères pour peaufiner des mesures scandaleuses et faire croire au consentement.

Et s’il est un domaine où les régressions qui menacent sont particulièrement graves, c’est bien celui de l’Ecole. De la maternelle l’université, les ambitions scolaires et démocratiques sont rognées et se met en place une école d’excellence pour les plus aisés et une autre, de plus en plus privée de moyens, en personnel, en options…, où ne sera délivré, pour les enfants des milieux populaires, qu’un minimum de savoirs, une sorte de SMIC culturel!

Enfin, le refus du gouvernement d’envisager significativement et sérieusement une véritable transition écologique, pire son empressement à négocier puis signer des accords de libre- échange avec le monde entier, démontrent à l’évidence son parti pris en faveur du capitalisme, des marchés, des profits et au dépend bien sûr de l’écologie. Une impasse suicidaire vers laquelle il nous pousse puisque de plus en plus de scientifiques nous indiquent que nous n’avons plus que deux décennies au plus pour prendre les bonnes décisions et inverser radicalement le cours des choses.

Dès lors, il nous faut amplifier et radicaliser les luttes anti- capitalistes, fédérer les secteurs qui en sont à la pointe. Si celles et ceux qui refusent la misère des fins de mois et celles et ceux qui refusent la fin du monde se rejoignent, l’espoir sera à nouveau à portée de main!

Beauvais, le 27 mars 2019                          Le CHAHUT

 

  1. Friedrich Hayek (1899 - 1992), économiste autrichien, défenseur d'un ordre économique “spontané” qui inspira entre autres Margaret Thatcher et Ronald Reagan. Et qu'est- ce que le macronisme, si ce n'est l'application du thatcherisme en France ?