Edito du CHAHUT N° 179 daté de mai/ juin 2019 

Féminicides: le mur du sang a été franchi!

Sang, sang 1, sang 2, sang 3..... Arrêtons le massacre!...  

 

Imaginons un groupe armé à l'idéologie passéiste, violente et criminelle assassinant plus de cent personnes dans notre pays, la mobilisation serait immédiate et radicale. L'état d'urgence sans nul doute décrété! Or, le patriarcat, c'est à dire “une forme d'organisation sociale et juridique fondée sur la détention de l'autorité par les hommes” (1) est bien l'une de ces idéologies. Plus que jamais présente aussi bien dans les grandes questions qui agitent notre société que dans les “petits” moments de notre quotidien tel le partage des tâches ménagères. A un point tel que de nombreux hommes, ayant à ce point intégré l'idée que les femmes pouvaient être “leur” chose, “leur” objet et ne supportant pas que l'une d'entre elles leur résiste, s'émancipe, les quitte... en viennent à les frapper, les agresser, les violer jusqu'à leur donner, parfois, trop souvent, la mort! La rupture est le plus souvent le facteur déclenchant de l'homicide: un crime de propriétaire donc!

Loin de l'urgence, le gouvernement a chichement débloqué quelques millions d'euros, lorsque l'on parle de cadeaux aux plus nantis ce sont toujours des milliards qui sont en jeu, et une table ronde devant durer 3 mois! Ce, alors que les solutions sont pour la plupart parfaitement identifiées et réclamées de longue date par les associations féministes! Que ce délai de trois mois est véritablement insupportable quand des femmes sont quotidiennement menacées, en danger! Qu'attendons par exemple pour faire véritablement entrer dans les faits l'expulsion du logement familial non pas de la victime mais de l'agresseur ? Le déclenchement systématique de procédures même s'il n'y a pas dépôt de plainte ? La mise en place effective des dispositifs permettant de géolocaliser les auteurs de violence, du “téléphone grave danger” ?...

Aujourd'hui toujours près de la moitié des demandes d'ordonnance de protection sont refusées du fait d'une loi paradoxale, une loi comme d'autres faites par des hommes, pour des hommes! Cela ne peut durer! Cela doit changer!

L'autre obstacle essentiel demeure le manque de moyens! Un rapport du Conseil économique, social et environnemental datant de 2018 le déplorait déjà: “Où est l'argent de la lutte contre les violences faites aux femmes ?... 506 millions d'euros seraient nécessaires pour accompagner chaque femme victime de violences conjugales, seuls 79 millions ont été votés! ” Certains magistrats le confirment: “... Tant que le Ministère de la Justice Français aura un budget aussi faible, on ne pourra pas faire grand chose!” Aussi la décision de Christophe Castaner et Marlène Schiappa de  créer, en juillet dernier, un compte Twitter de sensibilisation, qui évidemment ne sauvera personne, relève véritablement de la provocation.

Relevons d'ailleurs, et le sujet est évidemment lié, cet aveu récent du Ministère de la Santé: en 10 années près de 8 % des Centres pratiquant l'IVG ont été contraints de fermer!

Mais il s'agit aussi d'éradiquer les stéréotypes, les préjugés pour faire disparaître une fois pour toute le sexisme et faire vivre une égalité réelle entre les femmes et les hommes: “Le féminicide est la forme la plus extrême de violence contre les femmes, et la plus grande manifestation de l'inégalité entre sexes.” (2) Le rôle de l'éducation est donc fondamental. Aussi est- il scandaleux de voir le Ministère de l'Education Nationale prendre, en ce domaine, si peu d'initiatives, lui qui avait déjà renoncé il y a peu lorsque quelques mouvements intégristes avaient mené campagne contre la soit disant “théorie du genre”.

Enfin, au de-là encore, et comme l'écrit dans Le Monde Eve ENSLER (3): “On ne peut pas s'attaquer aux violences faites aux femmes sans prendre en considération toutes les autres formes d'oppression... (car) Quand une centaine de femmes sont assassinées en moins d'un an, cela indique que quelque chose s'est effondré dans la société...” 

Et Eve ENSLER d'ajouter: “... Je suis convaincue que l'on ne peut plus séparer les violences contres les femmes des effets du système capitaliste néolibéral et des inégalités économiques. On doit les regarder avec les mêmes lunettes...”

Ces propos forts prennent d'autant plus d'actualité qu'ils sont prononcés au moment même où E. MACRON a imposé une contre- réforme de l'Assurance- chômage qui verra 40 % des demandeurs d'emploi perdre leurs droits, ou le montant et la durée de leurs allocations diminuer. Plus de 800 000 bénéficiaires vont ainsi voir leur allocation journalière nette baisser de 19 % en moyenne! Et attaque frontalement notre système de retraite solidaire. Chaque fois, il va de soi et personne ne peut l'ignorer, ce sont les femmes qui seront principalement et plus brutalement touchées de par la précarité de leur situation. Or, la question de l'indépendance économique demeure une question incontournable et cruciale!  

Et il est fort à craindre, certain même, que les crises climatique et écologique rendront plus vulnérables les femmes en premier lieu! Que dire d'ailleurs de la politique migratoire appliquée par l'Europe, la France... qui livre des milliers de femmes, contraintes de fuir, au trafic, au viol, à l'esclavage, au meurtre ? Cette politique criminelle discrédite à elle seule la sincérité d'un Macron lorsqu'il décrète l'égalité Femmes/ Hommes, grande cause nationale de son quinquennat!

Soyons, toutes, tous et radicalement féministes!

Dès lors, il faut mener la lutte féministe! La célèbre avocate Gisèle HALIMI (4) nous le rappelle (Le Monde du 23/ 09/ 19): “Ne laissez rien passer dans les gestes, le langage, les situations, qui attentent à votre dignité. Ne vous résignez jamais! (Et d'appeler à) La sororité (5)! Quand les femmes comprendront- elles que leur union leur donnerait une force fabuleuse ? Désunies, elles sont vulnérables . Mais, ensemble, elles représentent une force de création extraordinaire. Une force capable de chambouler le monde, sa culture, son organisation, en le rendant plus harmonieux. Les femmes sont folles de ne pas se faire confiance, et les hommes sont fous de se priver de leur apport. J'attends toujours la grande révolution des mentalités!

Beauvais, le 30 septembre 2019 - Le CHAHUT 

(1) Pierre BONTE et Michel IZARD (Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie - PUG 1991) 

(2) Lorraine de FOUCHER (Le Monde du 07/ 07/ 09)

(3) Eve ENSLER est l'auteure de la pièce de théâtre “Les monologues du vagin” qui a été reprise dans le monde entier et a tant fait en faveur du combat des femmes pour se réapproprier leur corps.

(4) Gisèle HALIMI, 92 ans aujourd'hui, qui joua un rôle fondamental dans l'obtention du droit à l'avortement, signataire du manifeste des 343 femmes proclamant avoir avorté, en 1971, puis défenseure de Marie- Claire CHEVALIER, violée à 16 ans et accusée de s'être fait avorter.

(5) Lire la rubrique “Les maux des mots”, page 8

 

 

PS/ Tous nos éditos passés sont à relire dans notre rubrique "Archives/ Archives du journal"

S'abonner!