Claire Rodier, directrice du GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigré.e.s) et co-fondatrice du réseau euro-africain Migreurop, à Creil, le 24 janvier 2020:

Quelle que soit l’étape que l’on examine de la politique d’immigration de notre pays, de l’Europe plus largement, le bilan est véritablement accablant. Un désastre! Une catastrophe humanitaire, économique… de tous ordres! Tout est à reconsidérer, à réinventer, à reconstruire!

En amont, des rapports toujours néo- colonialistes et impérialistes qui poussent une jeunesse désespérée, sans avenir, à tenter le terrible périple vers l’Europe. Cette jeunesse sait bien risquer sa vie dans un voyage de tous les dangers mais qu’importe puisque de toute façon elle est déjà morte socialement et qu’aucun espoir de renaissance n’apparaît à l’horizon. Partir, s’exiler est rarement un choix délibéré. “Vivre et travailler au pays”, l’aspiration est belle mais rendue impossible.

Une politique de fermeture des frontières qui engendre les drames les plus terribles, une sorte de génocide silencieux qui tue en Méditerranée, dans le Sahara… Qui voit maintenant les tentatives de traversée de la Manche, la mer la plus dangereuse au monde, vers l’Angleterre, se multiplier. Qui, en Lybie, livre délibérément des Femmes et des Hommes à des bandes armées esclavagistes.

Enfin, une politique de l’accueil” inhumaine, dégradante… qui vise de plus à plus systématiquement à enfermer les MigrantEs, à les réduire en une sous- population Sans Papiers et donc sans aucun droit, corvéable, exploitable à merci... Et puis expulser régulièrement les “trop- pleins”, dans des charters de la honte.
Et en l’attente de ces “éloignements”, pourrir la vie de ces enfants, ces femmes et ces hommes en multipliant les procédures administratives, en les rackettant,  en les privant de soins, en les jetant à la rue enfin, condamnés à dormir sur nos trottoirs.

Pourtant le nombre de MigrantEs atteignant notre sol demeure dérisoire en rapport à notre nombre total de population puisque, rappelons-le, ce sont les pays pauvres, limitrophes de ces régions sinistrées,  qui accueillent et de loin la plus grande part des migrations. Ces apports de jeunesse pourraient même représenter une chance, un atout pour un continent européen qui vieillit et manquera bientôt de main d’oeuvre.

Dès lors, comment pourrions- nous feindre de croire qu’un tel bilan ne soit pas sans conséquence pour notre avenir commun ? Tout comme la boucherie de 14, en repoussant  les limites d’acceptation de la violence a, pour une part, ouvert la porte à la barbarie nazie, une telle politique migratoire, un tel rapport au monde déshumanise notre société, “l’ensauvage” et pourrait bien ainsi, à terme, replonger l’Europe dans les affres de ses années les plus sombres, les plus terribles.

Parce que nous ne pouvons laisser faire, parce que nous voulons réagir, parce que nous faisons le choix de l’humanité contre la barbarie, parce que nous voulons comprendre enfin et réfléchir à des alternatives réellement porteuses d’avenir , le Chahut, les Amis du Monde Diplomatique et le Collectif Solidarité Migrants de l’Oise recevront Claire Rodier,
directrice du GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigré.e.s) et co-fondatrice du réseau euro-africain Migreurop,

le 24 janvier 2020, à la Salle Champrelle de la Maison Creilloise des Associations,

18 h 00, précises, accueil avec un verre de l’amitié (chacun apporte sa spécialité salée ou sucrée)
18 h 30, conférence puis débat avec la salle.
Il a été décidé d'un départ en covoiturage de Beauvais  à 17h précises, Maison des syndicats.
 
Et si la solution était de mettre en place des voies sûres d’accès aux territoires français et européen” (comme le  préconise l'ANAFE), bref d'organiser l'ouverture des frontières ?