Après le statut de la Fonction Publique en voie de démantèlement, un projet de loi immigration/ droit d'asile qui ne vise qu'à empêcher l'entrée des migrants sur notre territoire, aux refus de séjour et aux expulsions... la SNCF sera la prochaine cible!

La méthode est toujours la même: organiser sciemment le dysfonctionnement pour pouvoir prétendre que le Service public ça ne marche décidément pas puis privatiser, le privé c'est tellement plus efficace!

Aujourd'hui, la SNCF souffre d'un déficit d'investissement datant de plusieurs décennies, de la priorité unilatérale donnée au TGV au détriment des transports du quotidien (RER...), d'une dette largement artificielle (ampute-t-on au transport routier le coût de l'entretien des routes ?...). Quant à la gestion Guillaume Pépy, elle est tout simplement catastrophique!


Une fois la barque bien chargée, reste à lancer la privatisation,  "à la découpe" il va de soi: seules les lignes rentables attireront les actionnaires privées... Pour les autres, trains ruraux et de banlieue transportant les salariés, le bébé sera refilé aux Régions elles- mêmes bien maltraitées et de très nombreuses lignes purement et simplement supprimées ! L'aménagement du territoire ne devra servir que les profits d'une minorité.
Et bien- sûr, cerise sur le gâteau, ce sera l'occasion inespérée de faire la peau  au fameux statut des Cheminots, qui fait enrager depuis si longtemps patrons et actionnaires, mais pire pourrait donner de bien mauvaises idées à tous les autres travailleurs!
Et voici même, pour couronner le tout, que pour faire adopter cette contre- réforme ce gouvernement envisage d'utiliser les ordonnances: sommes-nous véritablement toujours en démocratie ?

Pourtant d'autres pays ont déjà fait ce choix de la privatisation du rail, dont la Grande Bretagne de M. Thatcher. Le résultat est déplorable et éloquent: un service totalement inefficace et plus cher pourtant tant pour les pouvoirs publics que pour les usagers, un investissement en berne et des accidents qui se sont multipliés!... Le cinéaste Kenn Loach l'avait démontré et dénoncé dans son très beau film "The navigators" à voir et revoir sans modération en ces temps de grandes régressions.

D'un point de vue écologique, de celui de la gestion territoriale... un grand Service Public du rail est pourtant, indispensable, voire vital. Dans tout son rapport, Spinetta n'utilise pourtant qu'à une seule reprise les mots "bilan carbone": éloquent!


A nous de l'imposer à un capitalisme prédateur et mortifère!

Beauvais, le 25  février  2018